Tauromachie

R.M. CARTER détestait la cruauté de la corrida. Pourtant, elle le fascinait. Il admirait l’énergie et la puissance des taureaux et regrettait que le toréador sorte trop souvent vainqueur. « Ça fausse les paris !» disait-il.

Cheval encorné

Picador bléssé

Le taureau effondré

Plaque de cuivre de 12 cm x 18 cm

Mort du taureau

Plaque de cuivre de 12 cm x 18 cm. Dans cette représentation, l’artiste a dessiné sur le même support plusieurs images du même animal. Quelqu’un lui fit remarquer que cette technique était déjà pratiquée à Lascaux, il y a 17.000 ans. R.M. CARTER répondit qu’on faisait déjà cuire les aliments à cette époque, et  pourtant cela  reste toujours valable.